Niveau d'éclairement

Lors de l’aménagement et la construction des lieux de travail, le chef d’établissement doit respecter les dispositions du code du travail. Il doit notamment s’assurer que :

> Le niveau d’éclairement soit suffisant, adapté non gênant et qu’il permette de déceler les risques perceptibles par la vue afin d’éviter la fatigue visuelle et les affections de la vue.

Il existe des valeurs minimales d’éclairement imposées par le code du travail pour différents types de locaux.

Ces valeurs sont citées ci-dessous :

 

Valeurs minimales d'éclairement général par type de travail d'après le décret n°83-721 du 2 août 1983 et la norme NF X 35-103

Valeurs minimales d'éclairement général par type de travail d'après le décret n°83-721 du 2 août 1983           et la norme NF X 35-103

 

Ces valeurs doivent être respectées en tenant compte de la répartition inégale de la lumière au niveau du plan de travail, aux facteurs entraînant la réduction de l’éclairement dans le temps (tels l’empoussièrement des luminaires) et à la fréquence de l’entretien qui sera effectué.

> L’éclairage soit adapté à la zone de travail.

Les valeurs d’éclairement minimal à respecter selon le type d’activité sont les suivants :

 

Valeurs d’éclairement minimal à respecter selon le type d’activité

Valeurs d’éclairement minimal à respecter selon le type d’activité